Taquineries

Le temps de l'hibernation

 

L'humanité est fatiguée. Elle est dépassée par ses œuvres et par ses pompes.

Et comme si cela ne suffisait pas, les dieux du soleil levant, qui pourtant veillent à tout et ont la tête près du bonnet, ont laissé filer sur la route de la soie, une cruelle et vorace créature virale.

Cela rappelle l'épisode de la bête du Gévaudan qui, jadis, effraya tant mes ancêtres. Elle occupa longtemps les soldats du roi et nous semble aujourd'hui n'avoir été qu'un animalcule sans grand appétit.

Le principe démocratique nous impose aujourd'hui de ne rien décider et ne rien entreprendre sans consultation préalable des représentants plus ou moins institutionnalisés et légitimes du peuple souverain qui s'avance. Chacun à son pas.

Suivant en cela son péché mignon, la bureaucratie prend son temps pour prendre le dessus afin de tenter de ne mécontenter personne. Il en sort presque toujours un mécontentement général ; des solutions partielles et brouillonnes.

Le confinement est variable dans l'espace, dans le temps, selon des considérations professionnelles et sociale

À l'approche de Noël germa l'idée d'instaurer une « trëve des confineurs ».

La richesse du vocabulaire fait la grandeur de la République. Et la gloire des politiciens.

 

Pierre Auguste

Le 16 décembre 2020